Ford Escape XLT V6 à TI 2008 : essai

Ford Escape XLT V6 à TI 2008 : essai

Facile à vivre

Sans doute, l'Escape a été rentable pour Ford. Depuis son lancement en 2001, le fabricant américain en a vendu « un char et une barge ». On ne peut pas se rendre au dépanneur sans qu'un Escape croise notre chemin.

L'Escape est un véhicule très populaire et très présent sur nos routes.

Alors comment améliorer une recette gagnante ? Et en même temps, comment faire en sorte que son produit demeure concurrentiel dans un segment florissant ? Une chose est sûre, la base doit rester inchangée.

Donc, l'Escape 2008 constitue une évolution plutôt qu'une révolution. Est-ce suffisant ?

L'apparence robuste
Le nouvel Escape profite d'une carrosserie qui semble à la fois plus aérodynamique et plus robuste. La calandre chromée et angulaire nous rappelle les autres camions Ford. Les stylistes ont cru bon d'éliminer les garnitures de bas de caisse en plastique pour donner une apparence plus svelte au camion. C'est réussi, à mon avis.

En excluant le modèle Hybride, il y a trois degrés de finition à l'Escape, et ce XLT est le modèle de milieu de gamme. Par comparaison avec le XLS, on le reconnaît à ses jantes en alliage et à ses phares antibrouillard. Le Limited se démarque par ses rétroviseurs et ses poignées de portes de couleur assortie, son pare-chocs avant chromé et ses jantes polies.

En général, j'aime bien l'allure rafraîchie de l'Escape. Par contre, je ne comprends pas pourquoi on a placé le récepteur de la radio satellite sur le toit, à proximité du pare-brise, et non pas au centre : dans les photos, ce bidule a l'air d'une vulgaire verrue.

Habitacle spacieux
À l'intérieur de l'Escape, on a droit à un environnement spacieux et confortable; de plus, la position de conduite est plus que convenable. Le mélange des couleurs est un peu douteux : charbon et rouge brique, avec des garnitures argentés. En principe, ce n'est pas si mal, mais on s'attend à des teintes qui s'agencent mieux à la peinture extérieure beige.

Les différents coloris ne s'agencent pas toujours très bien.


La banquette arrière est également spacieuse; cependant, pour augmenter la capacité de chargement du véhicule, son rabattement n'est pas aussi aisé que dans d'autres VUS compacts. Pour obtenir un plancher plat, on doit escamoter les coussins de la banquette vers l'avant et ensuite rabaisser les dossiers.

La capacité de chargement passe de 827 à 1877 litres lorsqu'on rabat la banquette.

De plus, les appuie-tête doivent être retirés au préalable, et l'on n'a pas vraiment d'endroit où les ranger. Enfin, on voit de gros boulons exposés aux extrémités de la banquette qui tiennent la penture des dossiers en place : un peu plus de finition s'impose.

L'aire de chargement est vaste, surtout quand on replie la banquette arrière. J'ai réussi à y insérer deux bicyclettes sans problème, et quand j'ai amené la petite famille au ciné-parc, les enfants avaient beaucoup d'espace pour se coucher et écouter le film.

La chaîne audio avec navigation mérite de bonnes notes. Sur l'écran tactile, les boutons qui permettent de régler la musique sont gros et faciles à utiliser en conduisant. Les commandes de la ventilation sont également bien placées.

Rien de nouveau sous le capot
S'il y a un élément qui méritait d'être révisé dans le nouvel Escape, c'est bien le moteur V6 de 200 chevaux. Malheureusement, ça n'a pas été le cas. En soi, le moteur est relativement puissant, et le VUS profite d'accélérations respectables, le 0 à 100 km/h s'effectuant en 9,6 secondes.

La capacité de remorquage de 1 588 kilos (3 500 livres) est appréciée, mais en fouillant dans les fiches techniques de ses rivaux, on se rend compte que les autres petits VUS munis de la transmission intégrale et d'un V6 peuvent en remorquer autant. L'avantage, c'est qu'on peut se procurer un V6 dans l'Escape pour pas cher.

Toutefois, le problème de ce V6 de 3 litres, c'est son appétit pour l'ordinaire sans plomb. Ma semaine au volant de l'Escape se solde par une moyenne de 13,8 litres aux 100 kilomètres, ce qui est beaucoup pour un VUS compact. Alors que doit faire Ford ? Le V6 de 3,5 litres est plus puissant, évidemment, mais ne sera pas plus frugal.

S'il y avait moyen d'augmenter le couple du V6 à bas régime, je crois que ça aiderait beaucoup : outre les 2,7-litres des jumeaux Hyundai Tucson et Kia Sportage ainsi que du Suzuki Grand Vitara, le V6 de l'Escape est le moins généreux côté couple. Un rapport de plus dans la boîte de vitesses automatique ne ferait pas de tort, non plus, ce qui permettrait au moteur d'éviter des révolutions trop élevées.

Sur la route, l'Escape XLT se comporte bien, mais on note un roulis de caisse prononcé dans les virages. Les trajets sur l'autoroute sont agréables, car la suspension absorbe bien les imperfections de la chaussée.

Un rapport supplémentaire serait bénéfique au point de vue de la consommation.


Concurrence
Une multitude de VUS compacts tentent de faire la vie dure au Ford Escape. Ce modèle d'essai est un XLT V6 à transmission intégrale qui se vend 28 899 $. La liste d'options comprend l'ensemble commodités (395 $), l'ensemble remorquage (495 $), l'ensemble commodités pour l'aire de chargement (225 $), le système de navigation (3 145 $) avec radio satellite SIRIUS (200 $) ainsi que le toit ouvrant (1 095 $), pour un grand total de 34 454 $.

À 28 899 $, l'Escape XLT V6 4RM se positionne bien par rapport à la concurrence.

Voici la liste des rivaux à équipement sensiblement comparable, si l'on exclut les nombreuses options :

Chevrolet Equinox LT 1SC à TI, 32 320 $
Dodge Nitro SXT à 4RM, 28 395 $
Honda CR-V EX, 32 690 $
Hyundai Tucson GL V6 à TI, 28 795 $
Jeep Liberty North, 28 645 $
Kia Sportage LX-V6 à TI, 29 235 $
Mazda Tribute GS-V6 à TI, 29 395 $
Mitsubishi Outlander LS 4RM, 26 998 $
Nissan Rogue SL à TI, 29 598 $
Pontiac Torrent GT à TI, 32 975 $
Saturn Vue XE à TI, 31 575 $
Subaru Forester 2.5XS, 31 295 $
Suzuki Grand Vitara JX, 27 145 $
Toyota RAV4 V6, 31 900 $

À moins de 29 000 $, cet Escape est donc très concurrentiel.

Conclusion
Même renouvelé, le Ford Escape est loin de la perfection. Il n'est pas aussi raffiné que plusieurs rivaux : c'est normal, puisque ce VUS n'a pas subi la refonte totale qu'il méritait.

Cependant, mettons-nous un instant dans la peau d'un acheteur de petit VUS. On trouvera certainement que l'Escape est facile à conduire, spacieux, pratique et qu'il offre une gamme de prix et des degrés de finition plutôt intéressants.

En fin de compte, si vous devez absolument posséder la quasi-perfection, regardez ailleurs. Mais si vous essayez un Escape, et s'il vous plaît, ce petit camion a encore beaucoup à offrir.


Choix de modèles et d'options
Belle mine
Confortable et spacieux



Roulis de caisse prononcé
Besoin d'un 5e rapport dans la boîte de vitesses



Consommation de carburant plus élevée que la moyenne de la catégorie
Plus de nouvelles et essais Ford